vendredi 15 avril 2016

Gold save the Gouine






























33 commentaires:

  1. Pour ma part j'aime beaucoup vos dessins et vos histoires et je dois vous dire que ça m'est complétement égal avec qui vous avez couché dans le passé ou avec qui vous couchez maintenant. Tout ce que j'aimerais c'est que vous soyez heureuse. Bon courage à vous <3

    RépondreSupprimer
  2. Etonnant, je ne connaissais pas l'expression mais j'ai beaucoup de mal avec ce besoin de mettre des mots sur des catégorie qui n'existe que parce que tu te sens le besoin d'exclure l'autre. En plus et bien qu'étant à priori hétérosexuel il me parait assez évident qu'une partie des homosexuels hommes ou femmes n'avaient jamais eut de rapport avec l'autre sexe. Bon courage avec la connerie ambiante.

    RépondreSupprimer
  3. Je connais très peu Simone de Beauvoir, mais Colette peut être extrêmement réac. Elle a eu une vie très libre, mais ses opinions… Je me souviens d'un texte où elle disait que les femmes ne devraient pas occuper des postes à responsabilité dans la politique, parce qu'elles avaient leurs règles et qu'elles étaient de mauvaise humeur tous les mois (le tout enrobé d'un langage un peu littéraire, un peu fleuri évidemment, mais bon).

    RépondreSupprimer
  4. Jolie note. Merci de partager ça avec nous. C'est vrai que le respect devrait être plus présent dans notre société. On parle de "tolérance", mais cela signifie simplement qu'on accepte une "cohabitation". Le respect va beaucoup plus loin et c'est finalement plus essentiel que l'acceptation, cela pose des limites, des règles de conduite.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cette note. Je pense que nous avons tous besoin de lire, d'entendre et surtout d'écouter les expériences de chacuns.
    Bonne journée à vous et merci encore.

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique, juste, intelligent, touchant... Bravo.

    RépondreSupprimer
  7. Les gens, damoiseaux et gentes dames, ont perdu l'habitude d'appliquer l'addage "tourner sept fois sa langue ou l'avaler" (je l'ai un peu, un tout petit peu modifié). J'ai fait un sacré paquets de conneries en froissant les égos de lesbiennes, de mecs hétéros et de mecs gays au travers de mon existence. Je le sais parce que des fois je frissonne de honte en repensant à mes remarques irréfléchies ou qui se voulaient amusantes. L'une de mes amies "gold star" a été pas mal malmenées récemment de la même manière. Même si ce n'était pas volontaire, la simple question, "mais dis donc toi jean-jacques/jeanne-marie, tu n'as couché qu'avec des filles/mecs toi aussi, ça vous fait un sacré point commun ma parole ! Allez tope là !" a été assez libératrice sur le coup. Mais dans le fond, le problème reste le même. En tout cas, sache que des dessins, BD, illustrations, permettent de rectifier le tir en vulgarisant de manière simple ... les bonnes manières =) Bravo !

    RépondreSupprimer
  8. aaah, j'adore internet: je découvre des points de vue dont j'avais jamais soupçonné l'existence. Quand on a toujours "suivi les panneaux" sans remords, c'est dur d'imaginer ce qui se passe pour les gens qui font du hors piste. Le sexe c'est bien le sujet où tout le monde projette ses propres préoccupations/ complexes cachés sur les autres, sans se rendre compte que ça peut blesser. Même si c'est rassurant de voir qu'on en arrive aux mêmes conclusions: le sexe, c'est une affaire intime et c'est pas un processus de domination (d'ailleurs, dans cette idée d'idéal "gold star" le rôle de l'homme qui corrompt tout avec son pénis impur me saute plus aux yeux)

    sinon, quand tu dis "quand on est un homme, on peut éventuellement ne pas s'apercevoir de la puissance de cette norme sociale qui fait du rapport hétéro un passage obligatoire", j'ai envie de nuancer: on s'aperçoit tout à fait que le premier rapport est un passage obligatoire: quand j'y repense, je suis atterré de l'importance démesurée que j'en étais venu à lui donner, ainsi que la majorité des autres garçons et filles à partir de 14 ans. Des millions d'hétéros ont probablement commencé à tricoter leurs complexes à ce moment là... Ce dont on ne se rend pas compte en revanche, c'est précisément que l'hétérosexualité est la norme.

    voilà, merci pour ces chouettes BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire :) Bien entendu les hétéros, garçons et filles, subissent aussi ces normes et pressions à être "conformes". Tout le monde, en fait. Ce que je voulais dénoncer dans cette phrase c'est précisément la contrainte hétérosexuelle : le fait que ce n'est pas uniquement "le premier rapport" qui est un passage obligé, mais le premier rapport "hétérosexuel". Et tu as raison, c'est une pression très forte et qui crée des complexes, des blocages et autres chez bien du monde, hélas...

      Supprimer
  9. Bonjour,
    Bravo pour votre BD et votre message. Courage ! Vivez, aimez et gardez patience. Un jour, ce genre de comportement idiot disparaîtra.
    Pour ma part, je me demande parfois si on devrait pas supprimer la mention du genre. Masculin ou féminin, ou s'en fout. Une personne serait un prénom et un nom, point. Ce qui lèverait tous les problèmes : la personne A B aime la personne C D et c'est chouette, et c'est simple. Du coup, simple aussi pour les trans ! :-)
    Vive la tolérance !

    Vive le respect !

    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pierre :) Ah oui moi aussi je rêve de ce monde idéal... peut-être qu'on y arrivera un jour :)

      Supprimer
  10. @Stella_Mars: L'exact adage est: "tourner sept fois sa langue autour de son oreille avant de parler". S'il était effectivement appliqué, il se dirait bien moins de conneries.Et Julie en aurait moins entendues, ainsi...
    Un retweet pour cet excellent article, sinon.

    RépondreSupprimer
  11. Moi qui pensais que la plupart des femmes lesbiennes n'avaient jamais eu de relations hétérosexuelles, je suis surprise et désolée d'apprendre toute cette pression et condescendance... Merci pour ce billet et courage!

    RépondreSupprimer
  12. Hello,
    Merci pour cette planche qui me fait tomber de ma chaise. J'étais très loin d'imaginer que les lesbiennes qui n'ont jamais couché avec un homme étaient stigmatisées. Je pensais qu'elles étaient nombreuses, et surtout que tout le monde s'en fout.
    J'ai encore l'impression de vivre dans un autre monde.
    Bisous, Julie. Courage ! On a raison ;-)
    Domi

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour,
    Merci de ce post, j'espère qu'il pourra aider toutes les personnes homosexuelles à mieux vivre et assumer qui elles sont, se sentir bien dans leurs pompes, et surtout lutter contre l'homophobie et l'intolérance. Ce genre de post, c'est donc d'utilité publique :)

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    Cette note m'a énormément touchée. Déjà parce que, comme d'habitude, les dessins et textes sont très beaux et (j'avais déjà commenté une fois, pour votre post sur le végétarisme).
    Mais ensuite et surtout, parce que votre expérience me rappelle quelque chose, alors qu'a priori "ça ne devrait pas"...
    Je suis hétéro et n'ai jamais vraiment eu de doutes là-dessus.
    Cependant j'ai toujours été très exigeante dans mes relations amoureuses et préféré le célibat à "être mal accompagnée". Et comme les "coups d'un soir" ne m'intéressaient pas, je suis restée abstinente pendant des années, jusqu'a rencontrer l'homme avec qui je vis aujourd'hui. J'ai alors essuyé quantité de remarques désagréables, des copains proposant sur le ton de l'humour de "me dépanner", d'autres me demandant pour quand était l'entrée au couvent, comment ça se faisait parce que je n'étais pas moche...etc.
    Et cela, je le comprends avec votre témoignage : parce que la relation sexuelle hétéro est la norme. Pas seulement l'orientation - et là bien sûr je ne peux savoir ce que vous avez vécu - mais le fait d'être active sexuellement avec des hommes.

    Je ne sais pas si ce que je vous raconte vous étonne ou vous aide, mais voilà, bizarrement, j'ai l'impression de vous comprendre. De m'être sentie un jour aussi prendre le thé avec les nonnes et les escargots. :)

    En tous cas, même ne vous connaissant qu'en dessins, j'ai envie de vous dire : surtout, restez comme vous êtes. :)
    et très bonne continuation en tous points...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Camille pour ce message, qui m'a beaucoup touchée.
      Je comprends parfaitement le lien avec votre histoire et je le trouve super pertinent ! Et je suis étonnée de recevoir autant de messages de femmes hétéros qui se "reconnaissent" d'une façon ou d'une autre.
      ça me confirme l'intérêt d'aborder ce sujet, qui pouvait semblait spécifique et ne concerner qu'une minorité. Les normes concernant la sexualité peuvent être vraiment écrasantes.
      Votre précision est juste : la norme n'est pas seulement l'orientation, mais le fait d'être active sexuellement avec des hommes. A quoi on pourrait ajouter : pas trop tôt, mais surtout pas trop tard non plus, avec un certain nombre, pas trop de partenaires mais pas trop peu non plus, etc etc...etc... ;) la liste est interminable...
      Je vous comprends moi aussi en tout cas :) C'est pas toujours facile de rester en accord avec ses besoins et ses désirs dans un contexte aussi normatif. Encore merci et très belle continuation à vous aussi.

      Supprimer
    2. Camille, Julie, j'apprécie énormément ce que je viens de lire. Je n'aurais pas dit mieux !

      Supprimer
  15. Hello Julie !

    Je sais pas si tu lis les commentaires, je n'en ai encore jamais écrit, mais je tente : déjà, merci de partager ton expérience de la lesbophobie. Ce que je vais dire n'est pas du tout dans le but d'invalider ton témoignage, mais de te partager ma propre expérience (je ne sais pas si ça a un intérêt mais bon).
    Je suis bie et je me prends donc des attaques lesbophobes du monde entier quand je suis avec une fille, mais quand je vais à une quelconque soirée lesbienne, ou quand j'ai par exemple postulé à un magazine lesbien pour écrire des chroniques, dès le moment où j'ai dit que je suis bie (donc que j'aime aussi les hommes, BERK), je perds immédiatement quasiment tout mon sex-appeal et toute crédibilité (le magazine en question m'a quand même dit que je n'étais pas concernée par les problématiques lesbiennes, ça fait plaiz, merci les filles).
    Et dans le milieu lesbien, on a tjs valorisé devant moi, en contraste de mon expérience, les fameuses "gold stars", celles qui n'ont jamais tenté la bite et qui sont donc forcément "plus" lesbiennes que moi, plus intéressantes, quoi, les "vraies" qui font pas ça pour se prouver qu'elles sont libérées.

    Je suis donc extrêmement étonnée de ton témoignage, qui me fait réaliser que bon, d'un côté ou de l'autre de la barrière de la gold star, les oppressions et les discriminations existent et que cette médaille est vraiment du gros bullshit qu'il faudrait vite oublier, pour le bien de la communauté.

    merci pour ton super travail,
    j'attends comme d'habitude les prochaines planches avec impatience,

    Anne-Fleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Anne-Fleur !
      Oui je lis les commentaires, même si je mets parfois (beaucoup) de temps à répondre (la preuve) ;) Merci d'en avoir écrit un.
      Je comprends tout à fait ton point de vue. La biphobie est tout aussi problématique. Mais ce qui me vient à l'esprit en te lisant, c'est qu'il est probable que celles qui rejettent les bies soient parfois (ou souvent) les mêmes qui tiennent des propos méprisants envers les "gold stars". (en tout cas, mon expérience me le fait supposer fortement...). Et puis sache que si on agite sous ton nez en la valorisant l'image de la "Gold Star", ça ne veut pas dire qu'on valorise réellement les "Gold Star". Personne ne m'a jamais valorisée pour ça dans le "milieu lesbien" ! Quant à cette espèce de défi qui consiste à "décrocher une gold star", merci, mais on fait difficilement plus condescendant.
      Je pense aussi qu'il y a une grande fragilité de l'identité lesbienne, toujours invisibilisée, menacée, encore aujourd'hui, et que ça explique en partie ce genre de discriminations.
      En tout cas, je tenais aussi à aborder ce sujet parce que si la biphobie est parfois abordée (pas assez sans doute), cette forme de discrimination ne l'est jamais. Alors que tout est lié, de mon point de vue. Comme tu dis, d'un côté comme de l'autre les oppressions et discriminations existent... ya encore du boulot ;)
      Encore merci pour ton message!

      Supprimer
  16. J'ignorais complètement ce type de discrimination mais malheureusement c'est pas très étonnant non plus... Bon courage et soyez fière !

    RépondreSupprimer
  17. Ah super découverte de ton travail par cette planche !
    Je suis aussi une " gold star" mais je n'ai pas du tout la même expérience. Et je pense qu'il y a un autre paramètre qui compte et qui est d'autant plus discriminant pour les lesbiennes masculines. Je m'explique, je suis très féminine et quand on apprend que je suis lesbienne et en plus "pur jus" j'ai plutôt le droit à une certaine forme d'admiration notamment sur le fait que j'ai su et assumé jeune ma sexualité. Et mon physique n'y ait pas pour rien, car comme je correspond à l'image de la femme dans notre société, ça veut dire pour eux que je n'ai rien à cacher que je n'ai pas de problème avec les hommes. On m'a souvent dit qu'on appréciait le fait que je ne sois pas un cliché. Bref raisonnement complètement idiot mais qui m'évite les remarques lourdes.
    À l'inverse, j'ai remarqué que les quelques "gouines radicales" (militantes queer et vegan) que je cotoie ont aussi un problème avec mon physique, à la fois elles dénoncent mon "absolution" à cette société sexiste et genrée, et s'offusquent que je conçois mon homosexualité comme quelque chose de très banal et non comme une identité politique et d'un autre côté sont très mal à l'aise que je sois "plus" lesbienne qu'elles (ce dont je n'ai strictement rien à faire).
    Bref, je trouve que c'est encore plus terrible de voir que les remarques sont plus ou moins discriminantes en fonction des milieux selon notre physique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage ! c'est intéressant cette idée de norme de genre, et à vrai dire ça semble logique. Plus tu t'éloignes de la norme, pire c'est... ;) Cela dit, de mon point de vue, te féliciter de "n'être pas un cliché", c'est assez discriminant ...et lesbophobe ! Mais comme tu dis, c'est sûrement différent en fonction du milieu et des personnes que l'on côtoie.

      Supprimer
  18. Quand je lis ce genre de témoignages, ou que je parle avec des gens aux avis étriqués et souvent péremptoires, je suis consternée et abasourdie de cette intolérance, de ces discriminations et jugements divers (toute la palette, d' agressifs à condescendants en passant par grivois etc). Sexe, amour, tant que ça se passe entre adultes consentants, rien ne devrait être jaugé, comparé, a fortiori condamné ... Je sais qu'on ne vit pas dans un monde de bisounours mais ça m'ébahit qu'on soit considéré large d'esprit quand on trouve normal que chacun puisse choisir sa sexualité et juste la vivre tranquillement, sincèrement et pleinement. Je n'ose imaginer ce que ça doit être de le vivre tout ça de l'intérieur, au quotidien. Be happy, vous le méritez, je vous souhaite un entourage compréhensif et un cocon protecteur. Nat

    RépondreSupprimer
  19. Non mais francehment bien des débats a la con pour rien.. Parce que finalement homo ou hétéro, avec ou sans penis dans notre vie, notre épanouissement sexuel connaitra son apogée vers 40 ans ! Alors tout ce qui a en dessous de cet age, quelque soit les expérience peut aller se rhabiller chez tout nu ! :P

    RépondreSupprimer
  20. Vivement que les gens se contentent de se mêler de leurs affaires et balayent devant leur porte avant d'aller voir celle des autres ! En attendant ce jour miraculeux (l'espoir fait vivre) bon courage !

    RépondreSupprimer
  21. Iris d&#39;eau7 mars 2017 à 12:37

    Très belle note, qui m'a bien fait réflechir et m'a permis de comprendre un peu mieux certaines situations que j'ai vécu.
    Moi qui suis bi, j'ai connu de la part de certaines de mes ex "gold star" une certaine rancœur quand à mes expériences hétérosexuelles préalables. J'avais un peu de mal à en comprendre la cause mais peut-être était-ce le fait de cette stigmatisation à leur égard que je ne connaissais et ne connaitrais pas. Sans doute ais-je aussi eu des réactions inappropriées sans même m'en rendre compte.
    En tout cas merci pour ton témoignage et tes Bd.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour,

    Je viens tout juste de découvrir ton blog et j'adore !
    Merci pour tout ce que tu dis.
    Je suis une personne Bi, (enfin, selon tous mes poches, hétéro puisqu'en couple avec un homme, thanks le Biphobie) et je n'avais jamais entendu parler de cette expression ou de ce genre de faits :/ Je suis choquée ! Y a vraiment des gens qui se permettent de dire ce genre d'horreurs ??? (Oui 'fin vu le monde dans lequel on vit, à bien y réfléchir, ça aurait pas dû me surprendre autant)
    Dire ce genre de choses ne me serait jamais passé par la tête, mais désormais si une amie à moi me parle de ça je serai mieux à même de comprendre de quoi elle parle, donc merci pour ce que tu fais, de témoigner comme ça.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés, ils n'apparaîtront sur le blog qu'après validation.