lundi 23 mai 2016

Confessions intimes


 


5 commentaires:

  1. Bonjour,

    Moi, je trouve que vous dessinez très bien et que vous avez un style à vous.

    Un prof à la fac nous disait : "l'art, c'est 10% de talent et 90 % de travail!", si chez vous, il s'agit de 100% de talent, de quoi se plaindre? N'est-il pas mieux que vous preniez du plaisir à ce que vous faites? Tout ne va-t-il pas mieux quand on fait ce que l'on veut, quand on le veut?

    J'aime beaucoup vous lire. Je passe quasiment tous les jours sur vos blogs depuis... je ne sais plus... je dirais bien deux ans...
    Vos histoires ont toujours une saveur, une couleur particulière, un certain ton très agréable... que vous abordiez un sujet sérieux, intime ou du quotidien.

    Tiens, puisque vous abordez la culpabilité de "ne pas assez travailler" -parce qu'au fond, c'est de ça qu'il s'agit, non?-
    j'aime beaucoup la planche que vous aviez fait où déjà vous culpabilisiez de ne pas assez dessiner, celle avec le crocodile, l’araignée... Perso, je la regarde quand j'ai un petit coup de mou.

    Vous êtes légitime.
    Laëtitia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laëtitia ! ces compliments me touchent beaucoup. je suis vraiment contente que ça vous plaise. Oui c'est ce que je voulais aborder, la question du plaisir et de la liberté par opposition à la contrainte ou à la discipline (des normes assez pesantes).

      Supprimer
  2. Faire à ton rythme et à ta façon c'est peut être ça qui fonctionne aussi ;)
    Je me suis reconnue dans ta description... Je suis le courant et me laisse porter. Les inspirations viennent d'elles-même par les autres mais je ne me suis jamais foulée.
    C'est étonnement difficile de vivre avec ce mode de vie sur la conscience...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça fonctionne plutôt bien :) mais c'est aller à contre courant de ce qu'on nous a appris, bien souvent... d'où la culpabilité dont tu parles.

      Supprimer
  3. Julie, surtout... ne changez rien ! S'il vous arrive d'avoir des passades où vous n'avez pas envie de toucher un crayon ni une feuille, c'est normal. Et en fait, je me réconforte dans cette idée en vous lisant, car je me dis que je ne suis pas seul.

    Enfin, moi en tant que photographe, c'est l'appareil photo que je ne touche pas, parfois pendant des mois... Et je culpabilise aussi ^^

    Je pense qu'en tant qu'artistes, on a besoin de se laisser guider par la vie (enfin je dis la vie, mais ce serait plutôt se laisser guider par l'inexplicable, cette chose qui un jour "nous tombe tout cuit dans le bec", pour ne pas vous reprendre ^^)

    Il y a des moments où on ne ressent pas le besoin ni l'envie de faire ce que l'on aime faire le plus. Dessiner, photographier...

    Et je pense que ces moments-là, on doit les chérir pour profiter du moment, profiter de la vie (pour le coup).

    J'ai essayé de m'inspirer, de me forcer à trouver des idées, etc... Mais en général, c'est pas terrible...

    Si ça ne vient pas, ça ne vient pas :)

    On dit que la vie est un long fleuve tranquille, dans les moments calmes oui, et parfois avec quelques turbulences, et généralement, c'est dans ces turbulences, ces moments d'agitation que l'on créé. Je pense qu'il faut accueillir chacun d'eux... les moments de mouvement (création) et les moments calmes (repos) :)

    Bonne fin de dimanche et encore bravo pour vos publications, j'adore :)

    Franck

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés, ils n'apparaîtront sur le blog qu'après validation.